ALTER ECO SANTE les aides techniques au transfert du patient

La Gamme
Translations & Mobilisations allongées
Activation du patient
Compensation du handicap
Equipements spécifiques

Les Utilisateurs
Aides Soignants
Brancardiers
Formateurs
Manipulateurs Radiologues
Particuliers
Pompier/Ambulancier
Rééducateurs

Les Gestes
Aide à la marche
Assis>Debout>Assis
Confort et Sécurité
Couché>Assis
Mobilisations Allongées
Positionnement Fauteuil
Transfert Assis>Assis
Transfert Couché>Couché
ALTER ECO SANTE
Tél. : 05 34 46 03 76
9, bd de Maurens
31270 CUGNAUX
Fax. : 05 34 46 13 65
 CONTACTS
 MENTIONS LEGALES
 PLAN DU SITE
http://www.pays-de-toulouse.com
Design : Allard & Création
Allard & Création

Marie Louise

Nous vous invitons à redécouvrir les incroyables histoires de nos deux héros : Marie-Louise & Gustave
de 2005 à 2009.
Sélectionnez le catalogue de votre choix.
image1263835504.jpg image1263895414.jpg
image1263895906.jpg image1263895998.jpg

 

Auteure

Lyne STROUC
Tél: 05.34.31.59.60 ou 06.15.55.88.57

lyne.strouc@gmail.com
www.lafabule.fr


TOTEM
DE
TRANSFERT



PARTENAIRES


TELECHARGER
LE CATALOGUE





AGENDA





ASTUCES




  image1263835504.jpg

image1263887004.jpgChapitre 1 • La vie selon Marie-Louise

Le tout, c’est de garder le moral, comme l’œuf au plat : côté soleil  en haut, sur belle collerette de drap blanc… Voilà, c’est bien mieux comme ça ! Ah, excusez-moi, je ne me suis même pas présentée : Marie-Louise, pour vous servir. Ça serait trop long et puis je suis un peu fatiguée pour vous raconter ma vie depuis le début…
Mon père, Louis-Marie, disait toujours que j’avais un grain, c’est peut-être pour ça que j’en ai pris de la graine ! Mais, foi de Marie-Louise, fille de Louis-Marie, cette fois, j’ai un peu de mal  à encaisser. Clouée au lit, les jambes en  gélatine autour de mon nouveau  fémur en plastique, la peur du vide, une horreur, même pas le courage de me redresser sans m’agripper au cou du premier venu !  Mon petit kiné, qui est mignon à croquer, m’a expliqué que j’avais le “post fall syndrome”, le “fear of failing”, un truc classique : 40 % des 30 % d’accidentés sont à 80 % fêlés. Moi je suis 100 % cassée, terrorisée. Allez jouer les Zizi Jeanmaire après ça et lui demander si vous l’avez bien descendu… L’escalier, c’est plus un truc pour Marie-Louise. Bon, mais ce n’est pas une raison pour lui casser le dos à ce gentil garçon.

Faut se bouger, Marie-Louise ! Retour haut de page

 

  image1263835504.jpg

image1263887277.jpgChapitre 2 • La vie selon Marie-Louise      

Les enfants ont été formidables : ils ont tout équipé dans la maison pour que je prenne de l’exercice. Ça me rappelle le cirque, quand je les emmenais voir les funambules et les clowns. À la barre fixe, Marie-Louise, tous les matins, et bien droite aux commandes du super-guidon… Je n’ai plus peur de rien ! Enfin, si. Surtout le mercredi – c’est le jour de la visite de mon petit kiné qui est si mignon –, j’ai toujours peur de ne pas m’être assez savonnée  derrière les oreilles. Les terreurs de mon enfance remontent, je m’agite comme une toupie. Pour me  calmer, je me raconte l’histoire de Psycho et de Maurice, en équilibre sur un fil, qui courent l’un vers l’autre et qui ne peuvent plus tomber parce qu’ils se sont rejoints  et que, de leurs deux doigts réunis, ils  réinventent le plafond de la Chapelle Sixtine. C’est tellement émouvant que quand mon petit kiné arrive, les larmes ont tracé de gros sillons dans la poudre et j’ai l’air d’avoir fait le Paris-Dakar à pied !

Encore raté, Marie-Louise ! Retour haut de page

 

  image1263835504.jpg

image1263901585.jpgChapitre 3 • La vie selon Marie-Louise       

Ça me fait un bien fou de vous savoir ici, les enfants, tous en bonne santé. Pendant
un moment, j’ai cru que  j’étais revenue à l’hôpital, excusez-moi. De sacrés cauchemars, à rouler, bouler,  d’un lit à l’autre, entre les bras de toutes  ces femmes qui se tuaient
à me soulever comme un poids mort. Et le cerveau en  gélatine à imaginer leurs jeunes
articulations en capilotade, leurs vertèbres jouant le Te Deum sur xylophone rouillé.
De cette java des estropiés du transvasement, de cette samba désabusée du  pauvre soignant, j’ai encore les oreilles en marinade.
Tiens, à l’école, à côté des problèmes de robinets qui fuient, on pourrait aussi faire calculer les fuites de jeunesse compte tenu des kilomètres parcourus avec un malade de chariot en brancard et d’urgences en bloc opératoire. Oh, mais excusez-moi, à trop penser à des histoires tristes, j’ai presque rempli la théière pour le thé aux larmes.

Vous reprendrez bien un peu de brioche ? Retour haut de page

 

  image1263835504.jpg

image1263902343.jpgChapitre 4 • La vie selon Marie-Louise      

Je filais un mauvais coton, dans le chapitre précédent…  Mais c’est fini, foi de Marie-Louise, fille de Louis-Marie, le soleil va revenir en façade. D’ailleurs, vous voyez, les jours rallongent, on va vers l’été ! Et aujourd’hui, j’avoue tout, je me mets  à table et j’ose
le proclamer : on a toujours cru que j’étais une intello, eh bien non,  par-dessus tout,
j’adore les travaux manuels. Alors pensez comme je jubile, comme j’énormenthousiasme
devant ce déploiement de matériaux que monsieur Dubu a préparé pour moi.  Il m’a présenté toute sa famille d’ergotables : Dubusim, Dubuen, Dubupup… mais surtout il m’a laissée jouer avec ces merveilleuses balles multicolores. Je n’en croyais pas mes yeux : des cubes, des bâtonnets,  des boules, des perles… une vraie caverne d’Ali-Dubaba ! Rien que pour moi. Et pas la peine de se hisser sur la plante des pieds pour attraper le pot de confiture.Et hop, le pied d’époxy glisse à ma mesure sur une note flûtée. Une crème d’homme cet ergothérapeute.

Elle n’est pas belle la vie, Marie-Louise ? Retour haut de page

 

  image1263835504.jpg

image1263902637.jpgChapitre 5 • La vie selon Marie-Louise     

Dans ma tête, il y a un ciel étoilé et la voie lactée comme une traînée de poudre. Je vous l’avais bien dit… le tout c’est de garder le moral. Mais croyez-en ma vieille expérience, c’est du boulot, ça ne vient pas tout seul, foi de Marie-Louise, fille de Louis-Marie.
Après mon petit kiné gentil à croquer,  j’ai rencontré la crème des ergos, et  de rollboard en guidon automax, j’ai fini par croiser le gentil monsieur d’Alter Eco Santé. Ce gars-là a écouté mon histoire jusqu’au bout et, dans sa besace, il trimballait  des solutions à tout. Tous
les jours, je lui ai raconté l’histoire de Psycho et Maurice en équilibre sur leur fil.
Je lui ai joué aussi sur le phono le Te Deum de la vertèbre des soignants et raconté le parcours tout en rappel de l’haltérophile du brancard. Vous croyez qu’il s’est démonté ? Pas du tout, il a appelé ses collègues pour les mettre dans le coup.

Ce gars-là, il a un plan, un plan de formations. Retour haut de page

 La vie selon Marie-Louise ©2005 — Auteur : Lyne Strouc


  image1263895414.jpg

image1263903141.jpgChapitre 1 • La vie selon Gustave

À trop tirer sur la corde, un jour l’instrument s’enraye et c’est la fausse note. La vie s’écoule comme une symphonie en ré majeur, chacun joue sa partition à la perfection et tout à coup, crac ! Y’a un os et je vous jure que ce n’est pas moi ! Vertèbre C 20 au rapport, dite Gustave. En hommage à Mahler bien sûr. Coincée entre deux disques comme je le suis, ce prénom m’est apparu évident. Remarquez, y’en a d’autre qui se prenne pour l’Atlas. Suivez mon regard. Là-haut, la C 1 prétend à longueur de journée qu’elle porte la voûte du ciel sur ses épaules ! Que voulez-vous, c’est une cervicale qui se prend pour une cérébrale ! Enfin, je suis bien contente de ne pas vivre juste à côté d’elle ! Quoi qu’en ce moment, on ne danse plus chez nous, les lombaires. Nous sommes toutes au garde-à-vous et pas moyen de nous faire relâcher la posture.
Je commence sérieusement à me ronger la moelle épinière. D’ici à ce qu’on m’annonce qu’il faut changer de disques. Vous imaginez ? 82 ans que ceux-là tournent pour moi, et je devrais m’adapte
à un autre refrain !

Pas question ! Je vous préviens si on me touche, je craque ! Retour haut de page

 

  image1263895414.jpg

image1263910444.jpgChapitre 2 • La vie selon Gustave

J’aurais tout entendu : je serais abîmée, tassée, déplacée ! Si vous voulez mon avis :
il a bon dos le déplacement ! J’ai toujours veillé à ne pas sortir du rang. Question de solidarité. Je ne voyage jamais sans mes 32 sœurs. Nous sommes soudées, pour le meilleur ! Et on
nous annonce le pire ! Enfin, il y a quand même une bonne nouvelle, c’est que je garde mes disques. Ils vont juste devoir changer d’air. L’heure est désormais à l’exercice physique. Pas de cabriole, je vous rassure, mais de la marche à pied. Remarquez, y’a toujours eu du Wagner dans Mahler. Je devrais trouver la bonne cadence : un pas puis l’autre, en restant droit dans ses chaussettes. Je compte sur ma frangine, l’Atlas, tout là-haut pour diriger l’engin. Une chute est vite arrivée, alors je fais le gros dos. Ça chuchote autour de moi : «  Si on tombe, c’est fichu, foutu, fini ! » C’est pas la grande vadrouille, c’est la grande frousse ! Un peu de calme, s’il vous plaît !  Chacun à son poste, soyez vigilants et tout ira bien. Oui, tout ira bien. Il suffit de garder le rythme et la tête froide.

C’est comme ça que l’on avance dans la vie, foi de Gustave ! Retour haut de page

 

  image1263895414.jpg

image1263910559.jpgChapitre 3 • La vie selon Gustave  

L’hôpital attendra, me voilà équipée comme un cheval de course ! Des coussins, des étriers… Je suis pour de bon rembourrée ! Plus question de galoper, mais je vais pouvoir trottiner encore quelques années comme il me plaît. Et je n’ai pas dit mon dernier mot. Ce corps restera debout jusqu’à mon dernier craquement, comme il se doit pour un vertébré. J’aurais alors rempli ma mission, ma grande mission. N’oubliez pas que sans moi et mes sœurs, la Terre serait encore peuplée d’escargots ! C’est pas que j’ai quoi que ce soit contre les petits-gris. Les papilles gustatives nous en envoient toujours de très bonnes nouvelles. Mais quand même ! Grâce à nous, le règne des mollusques n’a pas perduré. L’intelligence s’est redressée en même temps que l’homme. Et vous voudriez que maintenant, à 82 ans, celui-là se plie à nouveau en deux parce que ses vertèbres le lâchent ! Pas question ! Nous ne sommes sans doute plus très vertes ni très souples, les disques grincent à chaque mouvement, mais nous sommes fidèles au poste.

Il faut juste prévoir le soutien d’amortisseurs extérieurs, et le tour est joué ! Retour haut de page

 

  image1263895414.jpg

 

image1263910750.jpgChapitre 4 • La vie selon Gustave

 Y’a pas de bien à se faire du mal comme dit l’autre. Alors, on a décidé à tous les étages de limiter les gestes trop difficiles. Un bonhomme doit aujourd’hui nous présenter un mobilier plus adapté à notre grand âge. Faut voir. Je suis un peu sceptique. Car je ne vois pas comment ce type qui se fait appeler un ergoquelquechose va pouvoir nous simplifier la vie. Si c’est un ergoteur, comme son nom semble l’indiquer, il risque plutôt de couper les cheveux en quatre et de multiplier par autant nos petits soucis. Il ne faudrait pas qu’il les transforme en gros problèmes, non plus. La rumeur se confirme ! L’ergotruc a apporté un gibet ! Ma parole, il nous a pris pour un gibier de potence ! Mettez-le dehors ! Nous autres vertèbres acceptons de nous étirer un petit peu tous les jours, mais pas question de nous dessouder à jamais ! Que dites-vous ? C’est une machine pour alléger le poids des membres supérieurs ? Ma foi, je préfère ça, mais je doute que les membres supérieurs le prennent bien. Se faire traiter de poids morts… Ah ? Ils apprécient ?
Ma foi, je comprends mieux !

Il en a d’autres des potences, l’ergomagicien ? Retour haut de page

 

  image1263895414.jpg

image1263968794.jpgChapitre 5 • La vie selon Gustave

 Humains, humaines, au nom de toutes les vertèbres, moi, Gustave, lombaire et fier de l’être
je tiens à m’élever contre quelques-unes de vos mauvaises habitudes. Il est grand temps de vous resserrer les boulons et de bannir certaines attitudes. Soulever de lourdes charges sans plier les genoux, rester affalé toute la journée … Dieu du ciel, la marmelade, c’est pour les fruits
écrabouillés pas pour les vertèbres en colonne serrée ! Nous sommes prêtes à nous plier en quatre pour vous mais encore faut-il que notre bonne volonté ne se transforme pas en partie d’osselets ! J’en ai froid dans le dos ! Se retrouver sur les rotules quand on est une vertèbre, croyez-moi sur parole, c’est profondément humiliant. Alors, il est grand temps de se redresser et de se mettre en formation. Le plan d’attaque est simple : apprendre le baba des gestes pratiques. Et au diable, la valse ! À deux pas c’est bien, à 32 vertèbres, c’est l’anarchie. D’ailleurs, vous ne trouverez aucun Strauss
chez nous. Nous n’aimons pas les chichis. Par contre, lorsque les disques entonnent la symphonie
en ré majeur !

Ah ça, croyez-moi, c’est vraiment le bonheur ! Retour haut de page

La vie selon Marie-Louise ©2006 — Auteur : Sophie Lamoureux

 

   

  image1263895906.jpg

image1263970448.jpgChapitre 1 • La vie selon Marie-Louise

 Ouh, ouh… vous m’avez reconnue ? ! Mais si, Marie-Louise, la fille de Louis-Marie, le moral comme l’œuf au plat, soleil dessus et le sourire en collerette… pour vous servir ! Pour ceux qui ne me remettent pas, ils n’auront qu’à demander au petit monsieur d’Alter Eco Santé, je suis dans son catalogue, celui de 2005. Eh oui, deux ans déjà… allez, c’est pas la mer à boire. D’ailleurs, je vous conseille de les garder ces catalogues. Oh, vous pouvez ricaner… vous verrez, un jour on se les arrachera ces collectors. Il ira loin monsieur Alter Éco… parce qu’il nous aide, figurez-vous, avec ses cartons pleins de trucs à tout faire.
– Quoi, mes vertèbres ?

Oui, merci, ça va très bien. Gustave Lombaire, c’est de l’histoire ancienne, il finissait par me ronger les moëlles, celui-là, avec ses symphonies en ré majeur pour vertèbres en capilotade.  Désaccord parfait… Entre nous, je préfère encore la solitude du grand Atlas. Avec un peu de bonne volonté et quelques aides techniques, on y arrive, pas vrai, monsieur Alter Éco ? Et puis, comme dit ma voisine : « Translation et mobilisation, ça vaut mieux que d’essayer d’attraper le Transibérien en mobylette et de s’éclater la rate à vouloir aller plus vite que la musique ».

Vous me suivez ? Retour haut de page

 

  image1263895906.jpg

image1263970728.jpgChapitre 2 • La vie selon Marie-Louise

  Ouh, ouh, c’est moi ! Eh bien, figurez vous que, même si le paysage de la régression psychomotrice n’est pas mon décor favori, moi j’ai trouvé un truc pour continuer à rêver la vie. Entre barre et guidon, coussin stabilisateur et ceinture pleine mousse, ça tricote dur des neurones dans la tête de Marie-Louise. Allez, je m’explique : j’ai inventé une espèce de yoga à trois temps : assis, debout, assis. Je vais lui soumettre l’idée à monsieur Alter Éco, il me trouvera bien un nom pour ce machin… Parce que, vous l’avez peut-être remarqué, depuis qu’il s’est remarié, on dirait que ça lui a tourné les sangs : il baptise ses inventions à tour de bras, un vrai Saint Sacrement du paramédical, ce catalogue…
Mais revenons à nos moutons… Primo, assis. Respirer lentement, laisser l’air frais gonfler les poumons. Fermer les yeux. Enfin, seulement faire comme si, pas se laisser naufrager. Penser à une chose très belle, comme le miel doré d’un rayon de soleil coulant très doucement sur les feuilles des arbres et la courbe des nuages. Un léger souffle déplace les formes. Laisser couler. Attention, toujours assis, retenir l’image, la beauté, le souffle. Et tout à trac, en une micropoussière de seconde, prendre l’impulsion et lancer le tout vers le haut. Voilà, on y est ! Debout, deuxième temps, c’est gagné. Le miel du soleil vous chatouille gentiment l’occiput et le nuage ne pèse pas plus qu’une plume. Dans ce temps-là, on pense à tout ce qui fait plaisir et on en avale une bouffée. On la savoure bien, parce que c’est le meilleur moment. Trop bon !
Au troisième temps, on revient. Assis. On laisse agir.  Il faut faire l’exercice souvent pour faire le plein d’images. Assis-debout-assis, sans s’embrouiller.
Tiens, ça me fait penser aux Mille et une nuits, vous savez, le gars qui avait perdu sa mule dans le souk. Le devin lui dit de continuer à marcher dans le souk, en s’appliquant à manger, dans l’ordre, une amande, un raisin, une pistache… une amande, un raisin, une pistache, toujours dans l’ordre, sans se tromper, bien concentré sur son sac de graines. Eh bien,  il s’est tellement appliqué, le gars, qu’il a fini par la retrouver, sa mule.  À force d’essayer de ne pas oublier d’oublier ce qu’il avait oublié.

C’est pas sorcier, vous me suivez ? Retour haut de page

 

  image1263895906.jpg

image1263971285.jpgChapitre 3 • La vie selon Marie-Louise

  Eh oui, c’est encore moi ! Il faut quand même  que je vous le dise: en ce moment, c’est pas la grande forme, je crois que je décroche un peu. La vie à plein temps, on a beau dire, malgré les trente-cinq heures et les congés payéxs, ça use. Monter, descendre, rouler, bouler… faut s’accrocher, foi de Marie-Louise, fille de Louis-Marie. Le petit monsieur Alter Éco me parle des ATT, paraît que ça peut aider, alors, va pour les ATT !
Comme, pendant qu’il m’expliquait tout ça, je pensais au gars dans le souk, tout content d’avoir retrouvé sa mule et qui lui caressait doucement les joues dans le sens du poil en lui faisant croquer une amande, un raisin, une pistache, dans l’ordre, sans se tromper, bien concentré sur son sac de graines, je n’ai pas bien compris ce qu’il disait. Ensuite, quand j’ai fini par comprendre qu’il attendait une réponse, je n’ai pas osé lui faire tout répéter… Alors, j’ai suivi le mouvement : on glisse à l’horizontale, maintenant, un vrai luna-park ! Quand même, je suis bien contente qu’il n’ait pas prévu un grand huit dans sa collection d’attractions. Moi, personnellement, je n’ai jamais trop apprécié ce genre d’émotions fortes. Mais quel boulot, bon sang, les transferts, les compensations… Ils s’agitent tous autour de moi, ça fait peine. Et moi, pas foutue de les aider, je divague encore à agiter mes neurones en clochettes. Vous savez à quoi je pensais pendant qu’eux s’agitaient ? Ben voilà : à une vérité vraie, incroyable et 100 % scientifique… les vers de terre peuvent creuser cinq mille kilomètres de galeries à l’hectare (au fait, un hectare, ça va chercher dans les combien ?). Et en plus, ces êtres laborieux et mous mangent deux fois leur poids par jour… quelle horreur ! Et il paraît qu’en creusant et en s’empiffrant, ils stimulent les rizobiomes, des bactéries macaroni, tête de radis, qui se délectent de leur hyperactivité digestive. À te dégoûter du vivant… Un tue-l’amour de chair rose qui te renvoie à ton corps et à ses évolutions hormonales cycliques. En somme, on serait qu’un grand faitout sous le couvercle duquel les endorphines s’agitent, dansant des sarabandes gloutonnes pour une grande surprise-partie d’œstrogènes tapageurs ou s’endormant et collant en plaque au fond ! Bon, allez, ça suffit, Marie-Louise, mets ta ceinture et boucle-la !

Suivez monsieur Alter Éco, il va vous expliquer. Retour haut de page

 

  image1263895906.jpg

image1263974220.jpg

Chapitre 4 • La vie selon Marie-Louise

  “Ma petite Marie-Louise, tu débloques, il va falloir toute te reprogrammer depuis le début…” Eh oui, voilà ce que j’en arrive à me dire ! J’ai expliqué à monsieur Alter Éco
qu’il devrait me motiver sérieusement et il ne s’est pas démonté. C’est beau l’énergie !
Il a frappé en plein dans le mille en dessinant tout un parcours de petits pieds sur le plancher. Du coup, ça m’a redonné une nouvelle jeunesse. Minute, je m’explique…
c’est à cause du tango, j’en ai encore la tête truffée des pieds dessinés sur les manuels de danse pour décomposer le pas de base de l’homme et les figures à suivre. Alors, quand je vois ces semelles dessinées sur le sol, j’y replante les beaux hidalgos de ma jeunesse, taille cambrée et regard de braise… leur main se pose sur mon dos et la sarabande reprend.

“C’est bien, tu suis Marie-Louise !” Retour haut de page

 

  image1263895906.jpg

image1263975977.jpg

Chapitre 5 • La vie selon Marie-Louise

  “Attention, hein, l’aisance, ça vient pas tout seul, ça se travaille !    
C’est qu’il ne s’agit pas de s’agiter dans le désordre. Il y a une méthode. Quand on danse sur la piste, il faut prendre les bons répères pour aller dans le sens du bal et pas cogner le voisin. Le meilleur truc, c’est de pas lâcher l’hidalgo du regard ni de la poitrine, c’est lui qui
guide. Et hop, on s’arrête pour laisser la voisine faire sa virevolte. Pendant ce temps-là, toi, tu fais une fioriture pour mettre en valeur l’attache de ta cheville à la bride du talon-aiguille. Eh, ne croyez pas que je papillonne : tout ça, ça demande une formation ri-gou-reu-se.

Vous suivez toujours ? Retour haut de page

 

  image1263895906.jpg

image1263977059.jpg

Chapitre 6 • La vie selon Marie-Louise

  Allez, on y est presque, les amis…
Alter Éco, c’est une affaire qui monte, haut les cœurs et Santé pour tous ! Faut pas s’en faire des montagnes, avec les bons outils et la bonne formation, on arrive à gravir les
échelons… Après, il n’y a plus qu’à planter son totem au sommet de la montagne et à regarder le monde s’agiter en bas. Waouh, cet air pur des cimes me grise un peu, je crois.
Le grand bal des mille et une nuits, c’est pour aujourd’hui ! Vous avez tout suivi ?
Je
vous embrasse, les amis. Pour la suite, voyez avec monsieur Alter Éco…  moi,
j’ai une petite danse de retard avec un cavalier mignon tout plein de l’Amérique
australe, faut que je vous laisse.

Prenez bien soin de vous !

Retour haut de page

 La vie selon Marie-Louise ©2007 — Auteur : Lyne Strouc



  image1263895998.jpg

image1263978071.jpgChapitre 1 • La vie selon Marie-Louise

Bon sang, les enfants, 2009, je ne croyais pas venir vous vendre ma salade une année de plus… avec le réchauffement de la planète et l’hiver de plus en plus glacial, la vie hors de prix et pas bézef pour le prix de la vie, sans parler de tout ce qu’on doit courber l’échine et avaler comme couleuvres et mensonges. Le petit monsieur d’Alter Eco Santé, qui travaille toujours tant et tant pour gagner moins et moins, me redemande de montrer ma trombine dans son catalogue et de vous faire l’article indéfini et les pronoms personnels mobilisants. Justement quand moi, Marie-Louise, fille de Louis-Marie, je m’apprêtais à suçoter les pissenlits par les pétales doucettement allongée sur mon Transalt. Allez, on y va, le moral comme l’œuf au plat, côté soleil en haut, côté graisseux en bas !
La dernière fois qu’on s’est parlé, je vous disais que j’avais un petit tango de retard. Eh bien, figurez-vous qu’à force de m’embrouiller dans les pas, cette fois, j’en ai au moins trois cents et, sur mon carnet de bal, j’ai rayé l’hidalgo mignon tout plein de l’Amérique australe.
Et, attendez là, je ne dis pas que je renonce à la gaudriole… mes hormones sont encore en surnombre ces temps-ci et justement, il se passe un truc merveilleux. Je suis A-mou-reu-se ! Vous avez bien entendu, oui, oui, A-mou-reu-se, parfaitement, y’a pas d’âge : les jambes en gélatine et des rougeurs de fraise quand il approche. Vous connaissez ça,  ou vous l’avez connu, pas vrai ? En tout cas, je l’espère pour vous.
Et c’est pour cela que je glisse, mes petits chéris, je glisse pleins gaz à fond vers cette Amérique de mes amours. Rossignol…la-la-la la-la la-mour… Au-dessus des nuages, le ciel est radieux, vous devriez voir ça ! Marie-Louise vous salue : elle vole au-dessus du A de Atlantique.

L’eldorado, c’est pour bientôt. Retour haut de page

 

image1263895998.jpg

image1263978315.jpgChapitre 2 • La vie selon Marie-Louise

Waouh, les enfants, ça c’est de la mobilisation ! Arpenter des avenues qui commencent au numéro un pour finir au trois mille neuf cents et plus, c’est pratiquement insensé, personne ne s’est jamais risqué à le faire à pied. Moi non plus, rassurez-vous, je roule-boule dans le duvet cotonneux d’un taxi, bien calée dans mon siège, nez collé à la vitre. Dans ma poche, j’ai mis le trèfle à quatre feuilles que m’a offert la fée Lulu avant mon départ. Mais c’est une autre histoire, je vous raconte la suite, patience… Je suis à Buenos Aires avec mon nouveau fiancé, la ville où personne ne dort jamais. C’est qu’à force d’en avaler des couleuvres, ici, ils ont appris à se méfier et à garder toujours un œil ouvert ! Il y en a qui devraient en prendre de la graine… Mais bon, œuf au plat, œuf au plat, on est là pour s’en mettre plein les yeux !
Figurez-vous que dans cette ville, ce n’est pas des Two-Ways ni des Four-Ways XXL qui leur servent
à se déplacer : leur baron Haussman à eux, il a construit des Nine-Ways en pleine ville. Oui, oui, foi de Marie-Louise, fille de Louis-Marie, neuf voies, sans compter les contre-allées, les terre-pleins et l’obélisque, et les voies alternatives qu’inventent les chauffeurs malins pour gagner une année bisextile plus vite. Accrochez-vous bien aux sangles et aux poulies, calez l’échelle Anoli, il ne faut pas en perdre une miette. Côté architecture, Buenos Aires c’est un peu le catalogue des merveilles et des horreurs. Imaginez l’Europe et l’Amérique empilées l’une sur l’autre, broyées dans un vacarme de tous les diables, et au milieu une rivière de six millions de personnes courant vers leurs affaires. Foi de Marie-Louise, ces gens sont extraordinaires : avec tout ça, ils restent absolument charmants.

De vrais experts dans la philosophie de l’œuf au plat ! Retour haut de page

 

image1263895998.jpg

image1263978488.jpgChapitre 3 • La vie selon Marie-Louise

  Me revoilà, excusez-moi, j’ai fait halte au salon de thé et oh la la ! Imaginez une belle grosse vache aux flancs rebondis et, derrière ses longs cils recourbés, son petit cœur qui frémit tandis que Carlos Gardel lui sussure Volver dans le creux de l’oreille. Premièrement la vache, deuxièmement le lait… Et tout de suite après, le lait se mêlant au sucre roux dans le chaudron pour épaissir en onctueux caramel. Frissons partout et confiture de dévotion… Suçoter une cuillérée de Dulce de Leche, la confiture de lait d’ici, pardonnez-moi, c’est tout cela et plus encore. Le plaisir à l’état pur. En parlant de plaisir, comme je suis partageuse, je vais vous do...

Prenez bien soin de vous !

Retour haut de page

image1263895998.jpg

image1263978488.jpgChapitre 4 • La vie selon Marie-Louise

  ...

...

Retour haut de page

 La vie selon Marie-Louise ©2009 — Auteur :